Menu
03.20.28.11.38 Fax : 03.20.28.11.10 Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h00Le samedi matin de 9h00 à 12h00

On vous rappelle gratuitement

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités > Comment stopper l'escalade des cambriolages ???

Comment stopper l'escalade des cambriolages ???

Le 14 mai 2011
Comment stopper l'escalade des cambriolages ???Comment stopper l'escalade des cambriolages ???
TRANQUILLITE VACANCES

L'opération Tranquillité vacances pour le volet prévention et des moyens techniques et scientifiques pour l'élucidation une fois le cambriolage commis.

Face à la hausse des cambriolages dans la région, en particulier dans le secteur de Lille, policiers et gendarmes se mobilisent.

 

En septembre 2009, la lutte contre les cambriolages a été érigée en priorité par le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, après une augmentation nationale. Il y a du travail... Dans la région, les chiffres sont mauvais. La hausse est limitée dans le Pas-de-Calais sur les quatre premiers mois de l'année (+ 1,6 %), par rapport à la même période en 2009. Mais elle atteint un pic dans le Nord : + 16 % en zone urbaine, couverte par la police. Une inflation tirée par l'explosion à Lille et environs (hors Roubaix-Tourcoing, plutôt épargné pour l'instant) : + 31 % !

À lui seul, ce secteur représente 2 217 faits sur les 4 366 du Nord, frappant essentiellement les résidences principales, en général moins protégées que les commerces. « Nous sommes préoccupés et prenons la situation au sérieux », admet le préfet Jean-Michel Bérard.

L'heure est à la mobilisation : « On s'est vite adapté en mettant en place un dispositif spécifique », note Jean-Claude Menault, directeur départemental de la sécurité publique du Nord. La stratégie : « Nous faisons le pari de l'élucidation. »

Une « task force » d'une trentaine de policiers a été créée sur la division de Lille en mars. Sur le terrain, deux équipages de la BAC patrouillent aux endroits les plus visés afin d'interpeller en flagrant délit les cambrioleurs. Pour le volet enquête, l'accent est mis sur les prélèvements et l'exploitation d'éventuelles traces ADN ou d'empreintes laissées sur place par les voleurs. Cela permet de les retrouver s'ils se trouvent - ou entrent - dans les fichiers policiers. Troisième angle, l'analyse (étude, recoupements, etc.).

Cette « task force » s'ajoute au GEC (groupe d'enquête criminalistique), lancé voici trois mois et regroupant des agents de police technique et scientifique. Premier bilan : « On constate un tassement. Le paquet qu'on a mis à Lille commence à payer », souligne Jean-Claude Menault. Les faits élucidés ont ainsi progressé de 45 % à Lille, et 8 % dans le Nord. Le taux d'élucidation (pourcentage d'affaires résolues) croît et s'établit à 11 % à Lille. Il reste faible, en raison de la complexité à résoudre ces infractions, mais « supérieur à la moyenne nationale ». Une fois les cambrioleurs remis à la justice, Frédéric Fèvre, procureur de Lille, promet une réponse ferme et rapide : défèrements en comparution immédiate pour les majeurs, avec réquisition d'incarcération, et au juge des enfants pour les mineurs.

Maillage du territoire

Et dans les campagnes ? En zone gendarmerie, la hausse est moins élevée (+ 8 à 10 % depuis le début de l'année dans la région). Les chiffres bruts aussi : un bon millier de cambriolages depuis le début de l'année, dont la moitié dans des résidences principales. Les gendarmes tablent avant tout sur le maillage du territoire. « Connaître tout le monde et être connus dans le village. Et on le dit aux gens : "Si vous avez la moindre inquiétude prévenez-nous, on n'a jamais sanctionné personne pour cela." », indique le lieutenant-colonel Jackie Demius.

Au-delà, les gendarmes sont mieux armés pour élucider les affaires (le taux actuel, en léger mieux, est de 25 %). En l'espèce, 150 techniciens d'identification criminelle de proximité ont été formés dans la région. Et une centaine d'autres sont en train de l'être ou vont bientôt l'être. Ce sont des gendarmes notamment rompus à tous types de prélèvements (empreintes, ADN). « Dès qu'un cambriolage est constaté, un technicien doit être présent au maximum dans la demi-heure. » « Mais pour nous, un cambriolage est toujours un échec. »

D'où la politique de prévention, à commencer par l'opération Tranquillité vacances (aussi en zone police). « Trois cents personnes nous ont fait la demande l'an dernier dans le Nord et pour l'instant, c'est zéro cambriolage », indique l'officier. Lequel explique la campagne de prévention auprès des entreprises. « Leur demander par exemple d'enlever une échelle qui puisse être un accès trop facile... » D'accord, mais quand les cambrioleurs sont un réseau sévissant à la ville et à la campagne ? « Chaque semaine, dans chacun des départements (au sein de cellules anticambriolages départementales voulues par Brice Hortefeux), les hauts responsables de la police et de la gendarmerie se réunissent pour échanger des informations. » Un travail en bonne intelligence, mais qui a intérêt à porter rapidement ses fruits car on sait les mauvais chiffres en termes de sécurité très mal vus au plus haut niveau de l'État. •

Quelques conseils

• La porte. Préférez-la en bois plutôt qu'en PVC. Les plus prudents d'entre nous peuvent opter pour une porte blindée.

• La serrure. Olivier Idir, serrurier à Lille, préconise : « Une serrure en applique, non encastrable, et une barre qui rentre de 3 centimètres dans le sol et dans le plafond. » • L'alarme. Selon Frédéric Mareel, serrurier à Saint-André : « Je conseille aux gens de s'équiper. Les cambrioleurs mettent du temps à entrer parce que votre serrure est bonne. Pendant ce temps, l'alarme sonne. Et quand ils arrivent sur place, il y a un coffre-fort. »

• Les clefs. Ne mentionnez jamais vos nom et adresse sur le porte-clefs. En cas de perte, changez vos serrures.

• Le téléphone. Ne jamais mentionner vos absences sur votre répondeur téléphonique. 

Etc................

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Actualités